Actoi

Votre Business Coach,
une nouvelle approche, un nouveau regard.

Actualités

Ma rencontre avec Dr. Stephen B. KARPMAN M.D., créateur du Triangle Dramatique

Publié le 7 septembre 2013 Mots clés : , , ,

Franziska LOMBARD avec Dr Stephen B. KARPMAN M.D.

« Commençons par donner un nom aux phénomènes que nous observons pour pouvoir agir sur eux » dit Dr Stephen B. KARPMAN M.D. lors de son atelier organisé par Kahler Communication France en septembre à Paris, où j’ai eu l’occasion de travailler pendant deux jours avec l’homme qui a développé, il y a déjà 40 ans, un des concepts le plus puissant de l’Analyse Transactionnel « Le Triangle Dramatique ».

Le Dr. Stephen B. KARPMAN M.D. est une des légendes de l’Analyse Transactionnelle et sa théorie du Triangle Dramatique a souvent été qualifié comme le E=MC2 de la gestion des conflits.

J’ai eu l’énorme plaisir de rencontrer ce personnage hors du commun, qui a synthétisé dans sa forme la plus réduite d’un triangle, nos « jeux » des relations humains.

Lors de son séminaire j’ai pu découvrir l’homme et sa boite à outils pratique pour apprendre à « vivre hors des jeux du Triangle Dramatique ». Pour vous en inspirer n’hésitez pas à consulter son site anglais très complet sur www.karpmandramatriangle.com.

Pour vous partager son enseignement, vous trouverez ci-après un des concepts clé d’Analyse Transactionnelle (A.T.), « LES ETATS DU MOI » et « LE TRIANGLE DRAMATIQUE » sur la base de l’article de Pierre Agnèse et Jérôme Lefeuvre, organisateurs du séminaire et auteurs du livre de « Déjouer les pièges de la mauvaise foi et de la manipulation » .

Pour illustrer mes propos vous trouvez dans mon texte quelques « amis de mon enfance » dans la forme des Playmobil, qui jouent des « figurants » et qui n’engagent que moi.

LE CONCEPT DES « ÉTATS DU MOI » (Ego states)

L’A.T. propose un modèle de la personnalité qui est une extension de la fonction du moi : selon Eric Bern, « un état du moi est un système cohérent de pensées et de sentiments mis en évidence par un type de comportements correspondant ». L’ensemble de ces états du moi constitue la personnalité de l’individu : ce sont le Parent, l’Adulte et l’Enfant (qui s’écrivent avec une majuscule).

Etats du MoiL’état du moi Parent d’une personne représente la vie telle qu’on lui a enseignée. Il est activé lorsque la personne pense, sent et agit comme le faisaient ses parentes ou ses figures parentales influentes. Karpman différencie le Parent Normatif, qui impose et donne les lois et les normes dans la justesse et la justice, du Parent Nourricier qui soutient, encourage et aide.

L’état du moi Adulte représente la vie telle que la personne l’a expérimentée à une étape de sa vie en termes de pensées, de sentiments et de comportements avec les conclusions logiques qu’elle en a tirées. Il se manifeste chaque fois que la personne pense, sent et agit de manière cohérente avec la situation du moment.

L’état du moi Enfant d’une personne représente la vie telle qu’elle l’a vécue à une étape de son développement : il est activé lorsque la personne pense, sent et agit comme elle le faisait quand elle était enfant. L’Enfant Libre est créatif, indépendant et spontané. L’Enfant Adapté agit d’une manière d’être face à un cadre donné et peut soit se soumettre, soit se rebeller.

Le concept des « Transactions« 

On appelle transaction un échange entre deux états du moi, constitué d’un stimulus et d’une réponse à ce stimulus? L’analyse des transactions permets de comprendre comment nous communiquons, de repérer et de traiter les dysfonctionnements dans la communication.

Le concept de « Positions de Vie« 

Pour Berne, ma Position de Vie est ma manière fondamentale et constante à partir de laquelle ma personne se situe face à moi-même et face aux autres. La Position de Vie est déterminée dans l’enfance à partir du sens que l’enfant donne à ses expériences et aux conclusions qu’il en tire sur sa propre valeur et sur celle des autres et du monde.

Ce concept permets de comprendre la dynamique existentielle à partir de laquelle une personne a construit son identité et comment elle établit aujourd’hui des relations positives ou négatives de façon cohérente avec son histoire. La mise en évidence de la position de vie est un élément déterminant dans le traitement du scenario et d’orientation vers un mieux être.

Le concept du « Jeu Psychologique« 

Berne décrit le Jeu Psychologique comme la répétition d’une séquence du scenario, que l’enfant a appris à jouer dans sa famille, lorsqu’il n’a pas trouvé d’autres moyens que la manipulation pour satisfaire ses besoins de stimulation, de reconnaissance et de structure.

Devenu grand, il peut inconsciemment chercher à satisfaire ses besoins dans la relation avec les autres sur ce même mode de communication manipulatoire.

Ce concept permet de mettre en évidence et d’analyser les dysfonctionnements dans la communication, et d’aider la personne à trouver une manière différente et saine de satisfaire ses besoins dans la relation.

« LE TRIANGLE  DRAMATIQUE » DE KARPMAN

Le Dr Stephen B. Karpman M.D. décrit les prémisses d’un conflit, puis le conflit lui-même à travers un modèle appelé « Le Triangle Dramatique ». Ce Triangle peut se comparer à un plateau de jeu, la pointe vers le bas, donc instable par définition.

A chaque coin du plateau de jeu se trouve un position appelée « rôle ».

Stephen Karpman a observé au cour de ses travaux, que l’un des premiers signes d’un conflit correspond à l' »entrée » sur le plateau de jeu de l’un des protagonistes. L’entrée dans le Triangle Dramatique se fait par un des 3 coins, représentant l’un des 3 rôles suivantes, toujours présents dans les conflits : Drama Triangle

  • Le rôle du Persécuteur
  • Le rôle du Sauveur
  • Le rôle de Victime

Lorsque nous adoptons un des rôles, nous montrons dans le même temps des comportements dons nous n’avons pas forcement conscience. Ces comportements sont des stratégies inconsciente, probablement apprises tôt dans l’enfance, pour nous défendre ou nous adapter à des situations complexes.

Ces stratégies, dans un monde d’adultes, sont bien entendu inefficaces car elle déclenchent, amplifient ou entretiennent un conflit.

Nous savons que nous sommes en présence d’un ou de plusieurs des rôles du Triangle lorsque les messages deviennent plus lourds.

Le rôle du Persécuteur

 

Persécuteur

Lorsqu’une personne s’installe dans un rôle de persécuteur, elle active inconsciemment un ensemble de croyances fausses parmi lesquelles :

  • J’ai plus de valeur que l’autre ou les autres
  • J’ai le pouvoir de les conduire à se sentir mal, coupable, redevable, minable et d’autres mots en « able » peu enviable
  • Je n’ai plus d’autres choix que d’attaquer ou de blâmer l’autre pour gérer la situation
Comportements observable

Une personne dans le rôle de Persécuteur montre de l’agressivité verbale et non verbale. Ses attaques sont directes ou indirectes, comme les sous-entendus déplacés ou l’ironie, le sarcasme, la dérision …

Le ton de voix change et peut être cassant, froid, dur moqueur, cynique, méprisant…

Les expressions du visage indiquent à leur manière des signes de malaises ou d’agressivité. Ils peuvent souligner la colère avec des sourcilles froncés, les mâchoires serrées, ou bien, montrer de la suffisance avec un sourire narquois, le menton haut…

Les gestes peuvent parfois être brusques, tranchés, agressif, voir grossiers. La posture suite le reste et peut paraître tendu, voire menaçante.

Le rôle du Sauveur

 

Sauveur

 Lorsqu’une personne s’installe dans un rôle de Sauveur, elle active inconsciemment un ensemble de croyance fausse parmi elles :

  • J’ai plus de valeur que l’autre et si seulement ils étaient capable de faire ce que je leur dit de faire, alors ils auraient de la valeur…
  • J’ai le pouvoir de conduire l’autre à se sentir mieux en leur montrant comment il faut faire, en démontrant combien moi je suis quelqu’un qui réfléchi, qui sait ce qui est bon pour eux de faire, tout en les plaignant de ne pas en être capable
  • Je n’ai pas plus d’autres choix que plaindre le sort de l’autre gérer la situation et de les asservir par mon aide devenue incontournable.
Comportements observables

Une personne dans le rôle de Sauveur montre un savant mélange de suffisance et d’impuissance, comme si le message était « je veux bien t’aider moi, mais bon, ça sert à rien ». Le discours se veut aidant mais par sa complaisance il entretient la Victime dans son rôle. Le ton de la vois peut être trop consolant ou rassurant comme si le Sauveur cherchait des excuses pour cette pauvre petite chose qu’il tente de sauver…

Les expressions du visage sont celle de quelqu’un qui peut se sentir frustré de ne pas parvenir à sauver les autres, mais quand même satisfait de jouer ce rôle.

Les gestes peuvent parfois être ceux de l’impuissance ou alors une gestuelle qui accompagnerait le célèbre : « T’as qu’a faire ci ou ça ! »

La posture est parfois en miroir de celle de la Victime.

Le rôle de la Victime

 

Victime

Lorsqu’une personne s’installe dans le rôle de la Victime, elle active inconsciemment un ensemble de croyance fausses parmi lesquelles :

  • J’ai moins de valeur que l’autre
  • L’autre a le pouvoir de me conduire à me sentir mal; coupable, redevable, minable et d’autre mots en « able » peu charitable
  • Je n’ai plus d’autres choix que de me plaindre ou de geindre sur mon sort pour gérer la situation
Comportement observable

Une personne sans le rôle de la Victime montre de l’impuissance verbale et non verbale.

  • Les plaintes sont sans fin et il arrive que la personne dise du mal d’elle-même et demande implicitement à l’autre de confirmer ce qu’elle dit.
  • Le ton de la voix peut être lourd, sans énergie, défaitiste, fataliste…
  • Les expressions du visage peuvent souligner la tristesse avec les yeux qui tombent, l’air inquiète ou désemparé…
  • Les gestes peuvent parfois être atone, paumes de mains vers le haut, bras croisés…
  • La posture est parfois marquée par des épaules tombantes, une attitude légèrement tournée sur le côté, repliée…

Cinq Contrats de Confiance de Karpman

Pour éviter de tomber dans le piège du Triangle Dramatique et de son jeu Karpman propose aux personnes d’une même équipe de travail de rendre leurs relations plus constructives en établissant des contrats de confiance. Il y a 5 contrats de confiance, que le manageur peut établir avec ses collègues et ses collaborateurs.

Le Contrat de Non Effondrement

Parent Normatif Positif

Parent Normatif Positif

Les partenaires sont d’accord pour conserver un cadre de travail sain et des normes personnelles qui excluent les effondrements tel que, démissionner, menacer de partir, casser les accords ou les règles établies, ou avoir des revirements brutaux d’intégrité, de discipline, faire courir des bruits qui polluerait la moral des autres.

Quand il n’y a pas ce type de contrat les gens peuvent dire: « Je suis libre de prendre n’importe quelle décision! »

Contrat de Protection

Parent Nourricier Positif

Parent Nourricier Positif

Les partenaires sont d’accord pour s’épargner de l’inconfort et de l’anxiété inutile, la plupart du temps en anticipant les situations stressantes et en donnant du soutien et des informations préventives. Chaque partenaire évite à l’autre les déceptions liées au manque de tact, à la colère inutile, aux blessures par inattention, en prenant en considération les points sensibles de l’autre en en posant des limites.

Quand il n’y a pas de contrat, les gens peuvent dire : « Tu n’as qu’à t’occuper toi-même de tes émotions ! »

Le Contrat de Franchise

Adulte

Adulte

Les partenaires sont d’accord pour parler ensemble des problème, de préférence le jour même. La discussion sera exempte de comportement Condescendants, Abrupts, Secrets et Évasifs qui bloquent la communication. La discussion suivra les 3 règles de franchise :

  • Évoque-le,
  • Dis-le franchement,
  • Va au bout des choses.

Quand il n’y a pas de contrat, les gens peuvent dire : « Je n’ai pas à te dire quoi que ce soit. « 

Le Contrat de Satisfaction

Enfant Libre

Enfant Libre

Les partenaires sont d’accord pour générer de la satisfaction chez l’autre :

  • Professionnellement, en faisant ce qui est bon pour l’équipe sans jouer à « si tu ne me demande pas, je ne le fais pas « 
  • Dans les tâches de tous les jours, en facilitant le travail de l’autre même si cela demande parfois un effort
  • A travers le personnalité, en faisant apparaître des facettes rafraîchissantes et surprenantes de leur personnalité, qui viennent dynamiser la routine habituelle du travail.

Quand il n’y a pas de contrat, les gens peuvent dire : « Chacun fait son boulot de con côté. »

Le Contrat de Souplesse

Enfant Adapté

Enfant Adapté

Le partenaires sont d’accord pour une capitulation spontanée dans un conflit, « même si ils savent tous les deux qu’ils ont raison » ou bien en allant dans le sens de l’autre dans le simple but de préserver la paix. Le contraire de la souplesse est la rigidité des ses positions, « je ne changerais ma façon de penser et de faire pour personne. »

Quand il n’y a pas de contrat, les gens peuvent dire : « Il semble que nous n’ayons pas la même vision des choses. »

Coaching Individuel :

« Pratiquer un management moderne, orienté performance et équilibre »

Pour aller plus loin dans cette découverte, je vous invite  à me contacter au 0692 65 09 52 ou par mail : lombard@actoi.com

Partager cet article